La future classe S de Mercedes, le corps d’une voiture autonome sans la tête

Depuis 1998, Mercedes a pris l’habitude d’équiper son modèle classe S d’un système baptisé Distronic. Ce dispositif est un régulateur de vitesse, comme on peut le trouver sur beaucoup de voiture de série maintenant, sauf qu’il a la particularité d’utiliser un radar à l’avant de la voiture qui permet à celle-ci de ralentir toute seule si la voiture devant elle fait de même. Ce système a été conçu pour la conduite sur autoroute, ou la conduite est plus régulière. Ce système a ensuite été amélioré et rebaptisé Distronic Plus, car il offre , grâce a une fonction stop & go, la possibilité de d’accélérer/freiner jusqu’à l’arrêt complet dans une circulation dense, voire embouteillée.

Pour le prochain modèle, Mercedes a franchi un cap en permettant à son Distronic Plus de rester dans une file en modifiant lui-même la trajectoire de la voiture. On est donc ici en présence d’une voiture qui a toutes les caractéristiques d’une voiture autonome(pilote automatique qui peut changer l’accélération/freinage, et la trajectoire), mais…. le conducteur doit avoir les mains sur le volant, faute de quoi le système ne s’activera pas!

Schéma de fonctionnement du Distronic Plus équipé de l’assistant de direction
Cela est bien dommage, me direz-vous, mais ce choix peut s’expliquer de plusieurs façons:
Techniquement d’abord: les ingénieurs de Mercedes pensent peut être que leur système ne peut pas encore faire face a toutes les situations imprévues et nécessite donc encore une prise de décision humaine. Cependant, il faut probablement chercher du côté du législatif pour trouver la cause: Si le conducteur n’a plus à avoir les mains sur le volant, on peut donc penser qu’il n’est plus considéré comme le responsable de la voiture en cas d’accident, qui serait alors: Mercedes….

Cette décision peut tout à fait se comprendre, la marque a une réputation à tenir en terme de fiabilité et de sécurité, et ce type de système est assez nouveau. De plus, il n’est peut être tout simplement pas autorisé par la loi que le conducteur lâche le volant, comme nous le dit le code de la route, en tout cas en France.
Pour conclure, l’arrivée de ce système est une avancée de plus vers les voitures autonomes. Elle est intéressante pour au moins deux raisons.
Techniquement, cela permettra un test grandeur nature du système de pilotage automatique sans risque important puisque le conducteur aura toujours la possibilité de reprendre les commandes, un peu comme pour les tests de la voiture de Google aux USA. Psychologiquement, une partie des utilisateurs pourra s’habituer à déléguer leur conduite à leur voiture, et, si le système fait ses preuves, gagner leur confiance. Cette confiance de l’humain à laisser une machine le conduire est un cap décisif à franchir pour que les voitures autonomes puissent se développer.

Photo : Tableau de Bord Distronic Plus , source : mercedes-benz.fr

You can leave a response, or trackback from your own site.

Répondre