Tesla va construire des datacenters pour dominer la route : la révolution de la conduite autonome est en marche !

Derrière la promesse de la conduite autonome se cache un immense besoin en puissance de calcul, que les voitures embarquées ne peuvent assumer seules. C’est là qu’interviennent les datacenters, ces infrastructures colossales qui joueront un rôle crucial dans le développement et l’exploitation de ces véhicules futuristes.

Elon Musk devant une autoroute avec des voitures détectées par l'IA de Tesla.

Des ordinateurs surpuissants pour une conduite autonome, sûre et efficace !

La gestion de la conduite en temps réel exige des capacités bien plus importantes. Si chaque voiture autonome embarque déjà des ordinateurs capables d’assurer des fonctions basiques comme l’ABS, l’ESP ou la navigation GPS

  • Traiter le flot incessant de données provenant des capteurs ; 
  • Prendre des décisions complexes en fractions de seconde ; 
  • Garantir une conduite fluide et sûre nécessitent une puissance de calcul colossale.

Des datacenters aux quatre coins du globe pour supporter la charge

Intégrer de tels ordinateurs dans les voitures est hors de question ! Ne serait-ce qu’à cause de la consommation d’énergie faramineuse qu’ils engendreraient, réduisant ainsi l’autonomie des véhicules électriques. C’est pourquoi des constructeurs de voiture autonome comme Tesla investissent massivement dans la construction de datacenters à travers le monde.

Ces centres de données, véritables cerveaux géants, hébergeront les algorithmes d’intelligence artificielle. Ces derniers analyseront les données en temps réel provenant des capteurs des voitures autonomes. Ils permettront la fusion de ces données, l’exécution d’algorithmes complexes de détection d’objets et de prédiction de trajectoires. Ainsi que la communication entre les véhicules et l’infrastructure routière.

Des données massives et un enjeu de cybersécurité

Chaque voiture autonome génère un volume colossal de données. Cela inclut des informations provenant des capteurs LIDAR, radar et caméras, des données de navigation GPS et des données de diagnostic du véhicule. On estime qu’une seule voiture peut générer entre 1 et 4 téraoctets de données par jour.

A LIRE AUSSI :  Le Royaume-Uni va tester les voitures auto-conduites sur les routes dès cette année

Traiter ce flot de données en temps réel nécessite des datacenters puissants et sécurisés. La cybersécurité devient un enjeu majeur pour protéger les passagers contre les piratages informatiques et garantir la sécurité des systèmes autonomes.

Un serpent qui se mord la queue : la consommation d’énergie des datacenters

Si les voitures autonomes promettent une mobilité plus propre et plus sûre, l’infrastructure nécessaire à leur fonctionnement pose un nouveau défi énergétique. En effet, le fonctionnement des datacenters gourmands en énergie et le refroidissement des ordinateurs puissants qu’ils abritent engendrent une consommation d’électricité non négligeable.

Un avenir incertain pour la voiture électrique autonome ?

Alors que les voitures électriques sont présentées comme une solution pour réduire la pollution, l’essor des véhicules autonomes pourrait remettre en question cet objectif. L’impact environnemental global des voitures autonomes, en tenant compte de l’infrastructure des datacenters, reste à évaluer.
À lire : Les voitures électriques chinoises redéfinissent le jeu des véhicules rechargeables

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur Voiture autonome

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading