Google passe à la vitesse supérieure

Les choses continuent à avancer très vite dans le domaine de la voiture autonome, aux États-Unis. Waymo, le nouveau nom de la filiale de Google spécialisée dans les voitures autonomes, propose gratuitement à des centaines d’habitants de Phoenix de l’utiliser dans le cadre de leur vie quotidienne. L’expérience est évidemment faite pour accumuler des données sur le transport quotidien de la population. Tout types de ménages sont représentés dans l’échantillon, ces ménages n’ont besoin que d’une application sur leur smartphone pour utiliser quotidiennement la voiture autonome de Waymo. Plus de 500 voitures autonomes seront impliquées dans ce programme. googles-driverless-waymo-based-on-chrysler-pacifica-hybrid

Du côté juridique, Waymo a gagné une manche contre Uber, son rival, en faisant condamner la société de voitures avec chauffeurs. Anthony Levandowski, dont Uber avait racheté la start-up, et patron du projet,  doit rendre les fichiers et secrets industriels qui ont permis, selon Waymo, de construire la voiture autonome d’Uber. Levandowski est également interdit de travailler sur tout ce qui pourrait ressembler à un Lidar, le radar laser utilisé pour diriger les voitures.

Uber répond que ses travaux existaient avant, ce dont il est permis de douter, vu que leurs travaux semblaient peu avancés sur le sujet, et que la communication à l’époque n’existait pas. Uber a commencé son déploiement à Pittsburgh notamment, mais a été arrêté dans sa course à San Francisco. C’est probablement la raison qui a poussé Waymo de lancer son test de grande envergure à Phoenix.

Rappelons que Waymo a désormais 3 millions de miles au compteur (soit près de 4,8 millions de km). En outre, face à l’appétit d’Uber, Waymo s’allie à Lyft, le principal concurrent d’Uber dans le domaine des voitures avec chauffeurs. La nature de leur relation n’a pas été précisée. Peut-être, à moyen terme, un déploiement de voitures autonomes Waymo partout où Lyft est implanté ? Lyft n’ayant pas de programme de développement de cette technologie, la complémentarité serait évidente. Les dirigeants de Lyft sont en discussion avec John Krafcik, le CEO de Waymo, ancien CEO de Hyundai Motor America, et nommé à ce poste en décembre dernier.

Toujours est-il que le secteur de la voiture autonome fourmille d’idées et d’initiatives en tout sens, le projet étant considéré comme la prochaine révolution technologique majeure, après le smartphone. Le nombre d’entreprises et de startups travaillant plus ou moins loin sur cette technologie a donc explosé, comme en témoigne le tableau ci-dessous, publié par Wired (cliquez pour agrandir) :

 

En Europe, l’activité est plus en retard. A noter que Peugeot va travailler avec la startup nuTonomy pour des premiers tests de voiture autonome à Singapour d’ici la fin de l’année. Cette startup maîtrise la circulation en environnement urbain et vise le transport à la demande, à la manière d’Uber.

 

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Répondre