Scandale ou génie ? Elon Musk veut utiliser les données chinoises pour booster l’IA de Tesla !

Tesla, sous la direction d’Elon Musk, poursuit son projet de renforcer le développement mondial de son système de conduite autonome avec des données de la Chine. Celles-ci pourraient être traitées localement, selon des sources. Dans cette perspective, Tesla envisage de créer un centre de données en Chine pour entraîner l’algorithme nécessaire à des véhicules pleinement autonomes.

Elon Musk en costume devant une foule et un drapeau chinois

Vers un centre de données en Chine

Jusqu’à récemment, Tesla cherchait à obtenir l’approbation des régulateurs chinois. Il a pour intention de transférer à l’étranger les données générées par ses véhicules électriques en Chine pour son système « Full Self Driving » (FSD). Il n’est pas clair si Tesla poursuivra les deux options : transfert de données et centre de données local ou si elle élabore des plans parallèles par mesure de prudence. 

Ces initiatives témoignent de la rapidité avec laquelle le constructeur de véhicules électriques s’adapte. Il mise sur une avancée en intelligence artificielle à un moment où la demande de véhicules électriques ralentit et la concurrence s’intensifie.

À lire : Les voitures électriques chinoises redéfinissent le jeu des véhicules rechargeables

Contexte géopolitique et réglementaire

Le projet de Tesla de mieux exploiter les données de ses véhicules en Chine intervient alors que les États-Unis cherchent à limiter le transfert de technologies d’IA américaines vers la Chine. Tesla n’a pas encore pu proposer la version complète de la FSD en Chine, qui coûte environ 9 000 dollars. Un marché élargi pour la FSD en Chine pourrait augmenter les revenus et les bénéfices de Tesla, actuellement sous pression face à des concurrents chinois comme BYD. 

A LIRE AUSSI :  Le t-shirt qui arrête les voitures autonomes : un danger méconnu sur nos routes !

La création d’un centre de données en Chine pour la FSD nécessiterait une collaboration avec un partenaire chinois. Il y aurait également un défi potentiel en matière d’approvisionnement en matériel. Tesla ayant discuté avec Nvidia pour l’acquisition de processeurs graphiques pour ce centre, malgré les sanctions américaines qui interdisent la vente de ses puces les plus avancées en Chine.

À lire aussi : Xpeng va révolutionner la voiture en Europe avec sa technologie de conduite autonome

Campagne de Musk en Chine

La campagne de Tesla pour une utilisation accrue des données chinoises s’est intensifiée lors d’un récent voyage d’Elon Musk à Pékin, où il a rencontré des officiels, dont le Premier ministre Li Qiang. Musk a cherché à faciliter les autorisations pour le transfert de données et a discuté de la possibilité d’investir dans un centre de données en Chine. Et d’accorder des licences pour ses systèmes FSD aux fabricants chinois de véhicules électriques. En avril, Musk avait mentionné des discussions avec un autre grand constructeur automobile pour l’octroi de licences FSD.

À lire : Quand les voitures autonomes domineront-elles les routes ?

Importance du marché Chinois

Le marché chinois, le plus grand au monde pour l’automobile, dispose du plus grand nombre de voitures équipées de capteurs capables de collecter des données dans des conditions de circulation complexes. Ces capteurs rendent ces données précieuses pour les constructeurs automobiles et les fournisseurs d’IA. Musk avait auparavant exprimé son opposition à un centre de données en Chine. Il préfère le transfert de données vers les États-Unis. Depuis 2021, Tesla stocke les données collectées par ses véhicules électriques chinois à Shanghai et cherche à obtenir les autorisations nécessaires pour transférer ces données à l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur Voiture autonome

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading